Dans le contexte sanitaire actuel, la Séance du vendredi 29 Janvier 2021 aura lieu en visioconférence. Le lien nécessaire pour y assister ainsi que le programme ont été transmis aux adhérent·e·s de la SbF par email via le Flash Info N°8.

Si vous n’êtes pas adhérent·e de la SbF et que vous souhaitez assister à la visioconférence, inscrivez-vous en nous laissant un message via l’onglet « Contactez-nous » en haut de cette page. Nous vous enverrons alors le lien par email.

/

La séance débutera comme prévu à 14h ; nous vous recommandons de vous connecter à partir de 13h45 pour une meilleure organisation et vous rappelons de bien mettre vos micros en muet pendant les conférences.

/

Au programme :

▪ Ouverture par la Présidente Elisabeth DODINET
▪ Nouvelles de la Société et présentation des nouveaux membres
▪ Des nouvelles de notre site web (actualités ; espaces adhérents ; accéder au Journal de Botanique en ligne ; utiliser la plateforme d’échange de fichiers réservée aux membres de la SbF)
▪ Remise du prix du conseil 2019 à Francis HALLÉ. L’éloge sera prononcé par Marc-André SELOSSE
▪ Brève botanique : «Un bilan de 15 années sur les changements de la flore dans une commune lorraine» par Pierre-Antoine PRÉCIGOUT
▪ Conférence : « Le goût et les couleurs du monde – Une histoire naturelle des tanins, de l’écologie à la santé » par Marc-André SELOSSE

/

Résumés :

/

Brève botanique : un bilan de 15 années sur les changements de la flore dans une commune lorraine par Pierre-Antoine Précigout

Avec plus de 500 espèces de plantes vasculaires, la commune de Saint-Médard (Moselle) est botaniquement riche pour le plateau lorrain. Cette richesse s’explique par une importante diversité de milieux et par une agriculture globalement extensive et respectueuse des éléments semi-naturels. Située en vallée de la grande Seille, elle abrite également des prés salés continentaux protégés par le Conservatoire des Espaces Naturels de Lorraine. Durant les quinze dernières années, entre 2005 et 2020, un dixième des espèces végétales présentes sur la commune ont subi d’importants changements : raréfaction, disparition, réapparition, en lien avec les activités humaines, et en particulier les activités agricoles. Les changements qualitatifs de la flore observés sur cette commune illustrent la fragilité des zones humides, les effets contrastés de l’agriculture biologique sur la flore ou encore la difficulté de protéger des milieux dans le contexte du changement global.

/

Les goûts et les couleurs du monde : les tannins, de la plante à la santé. par Marc-André Sélosse

Photo de kvd sur Flickr. Source : https://fr.wikipedia.org. Image non modifiée.

Les tannins sont des substances vitales pour les plantes : elles se défendent ainsi contre les agresseurs, car les tannins sont en général toxiques pour les animaux, mais aussi contre des stress variés. Elles construisent leur bois porteur et leur écorce protectrice avec des tannins. Parce que certains de ces tannins sont colorés (flavonoïdes et anthocyanes) et parfois odorants, elles s’en servent pour communiquer avec les animaux, comme les insectes pollinisateurs. Dans les feuilles vieillissantes, des tannins s’accumulent – on leur doit nos automnes colorés ! Arrivés dans les sols à la chute des feuilles, ils y décident de la vie microbienne et de la fertilité des sols (vous découvrirez la raison d’être des Landes du Connemara !).

Mais cette « boîte à outil » des végétaux ne se contente pas de façonner nos écosystèmes : l’homme prélève parmi les tannins matériaux, colorants, épices, médicaments et en agrémente ses boissons (vin, bière, thé…). Mais pourquoi ajouter des tannins à nos aliments, si effectivement ils sont en général toxiques ? Bonne question… Venez découvrir l’une des plus grandes familles de substances : plus abondante encore que les protides ou les lipides, et surtout, présente quotidiennement sous vos yeux !

Marc-André SELOSSE est professeur du Muséum national d’Histoire naturelle à Paris et professeur aux universités de Gdansk (Pologne) et Kunming (Chine). Ses recherches portent sur l’écologie et l’évolution des associations à bénéfices mutuels (symbioses). Mycologue et botaniste, il travaille en particulier sur les symbioses mycorhiziennes qui unissent des champignons du sol aux racines des plantes. Vice-président de la Société Botanique de France et membre de l’Académie d’Agriculture de France, il est éditeur de quatre revues scientifiques internationales. Il a publié plus de 150 articles de recherche et autant d’articles de vulgarisation, téléchargeables sur cette page . Il a publié chez Actes Sud « Jamais seul : ces microbes qui construisent les plantes, les animaux et les civilisations » (2017) et « Les goûts et les couleurs du monde : une histoire naturelle des tannins, de l’écologie à la santé » (2019).